En cas de conflit, contactez un médiateur !


Vous avez tout à fait le droit de ne pas être d’accord avec votre banque. Pour éviter les quiproquos, il y a trois étape à respecter avant de faire appel, en dernier recours, à un médiateur.

Le dialogue avec votre conseiller

En cas de désaccord, n’oubliez pas de dialoguer avec votre banquier. Par téléphone, par email ou directement dans votre agence, la communication est importante. Un petit conflit peut parfois être résolu très vite en dialoguant directement avec vôtre conseiller.

Le service client

Si les réponses que l’on vous apporte vous semblent insuffisantes, la deuxième étape est de contacter le Service Client de la banque. Les coordonnées se trouvent en général sur votre relevé. Préparez un dossier complet pour expliquer votre problème et joignez tous les documents nécessaires (photocopies de vos échanges de mails par exemple). Le mieux est de faire une demande par courrier avec accusé de réception pour garder une trace de « l’affaire ».

L’appel à un médiateur indépendant

Si leur réponse n’est toujours par à la hauteur de vos espérance, vous pouvez maintenant songer à contacter un médiateur. C’est une personne indépendante qui va tenter de vous aider lorsque vous avez un conflit avec une banque. Pour obtenir ses coordonnées, il vous suffit de vous consulter l’annuaire des médiateurs selon votre banque.

Contenu de votre dossier à envoyer au médiateur :

  • Vos coordonnées (Nom, prénom, adresse postale)
  • Le nom de votre banque (+ coordonnées)
  • Explications complète de la situation
  • Pièce justificatives si besoin
  • Vos attente vis-à-vis du médiateur

Pour vous aider, vous pouvez télécharger le modèle de lettre « Saisir un médiateur ».

Attention. Le médiateur ne pourra rien faire si une procédure judiciaire est en cours sur votre litige. Vous ne pouvez contacter un médiateur qu’une seule fois par dossier. Inutile donc de saisir un autre médiateur sur la même affaire, votre demande ne sera pas prise en compte.

Le médiateur a l’obligation de vous apporter une réponse dans les 60 jours suivants votre demande. Il vous apportera une solution que vous êtes libre d’accepter ou non. Si cette réponse ne vous satisfait pas, vous pouvez saisir la justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *